Capture%20d%E2%80%99e%CC%81cran%202020-0

Être bon en maths, ça s'apprend ! ... et ce n'est pas si compliqué

Tout se joue à l'école primaire

 

Collection : 

Hors collection, InterEditions

 

Parution : janvier 2020

 

Laetitia Grail-Marcel

Être bon en maths, ça s'apprend ! ... et ce n'est pas si compliqué Tout se joue à l'école primaire - Amazon
Être bon en maths, ça s'apprend ! ... et ce n'est pas si compliqué Tout se joue à l'école primaire - Fnac
Être bon en maths, ça s'apprend ! ... et ce n'est pas si compliqué Tout se joue à l'école primaire - Dunod
 

Présentation du livre

Que vous soyez bon en maths ou non, donnez à vos enfants les clés pour réussir !
 

À l’école primaire, la grande majorité des enfants ont de bonnes notes en mathématiques. Pourtant les petites lacunes accumulées se révèlent dévastatrices dès la 4e. Pour eux, le reste de leur scolarité se bornera à appliquer quelques «  recettes de cuisine mathématiques  ». L’OCDE ne cesse de le répéter dans ses études  : l’effort doit porter sur les années de primaire car le système académique ne permet plus ensuite de rattraper ce retard.
 

N’attendez pas qu’il soit trop tard, tout se joue à l’école primaire  !
Les mathématiques ne sont ni simples ni compliquées, et c’est en les travaillant qu’on les comprend.

 

Sommaire de l'ouvrage

Objectif zéro lacune.
 

5 principes de base à adopter. Apprendre mieux avec ce que l’on sait du cerveau. Verbaliser les mathématiques. Suivre les trois étapes d’acquisition des connaissances. Adopter une approche du plus simple au plus complexe. Apprendre de ses erreurs.
 

5 routines faciles à installer. Enchaîner les exercices répétitifs ou drills. Essayer et réessayer avec les problèmes ouverts. Passer du concret à l’abstrait grâce à la méthode de Singapour. Réviser par espacements croissants. Remplir des grilles de suivi.
 

5 conseils pratiques à appliquer. 10 minutes par jour  : pourquoi c’est suffisant  ? Le sommeil et l’attention sont les clés de la réussite. Affranchissez-vous des programmes de l’Éducation nationale. Le numérique pour les mathématiques. Les notions de base à travailler régulièrement.
 

Pour aller plus loin. Ce que nous apprennent les neurosciences. myBlee Math  : une application d’apprentissage des mathématiques. En bonus  ! des fiches d’exercices bien pratiques.

 

L'auteur

Laetitia Grail-Marcel

Laetitia Grail-Marcel est passionnée par l’éducation, secteur dans lequel elle travaille depuis 20 ans. Mathématicienne de formation, elle a enseigné en France et en Angleterre pendant plus de dix ans puis a fondé trois sociétés dans l’éducation. Elle a dirigé la rédaction de manuels scolaires. Elle est aussi la créatrice de myBlee Math, une application interactive fondée sur les neurosciences, la méthode de Singapour et utilisant l’intelligence artificielle pour apprendre les mathématiques à l’école primaire. Elle a également contribué au rapport «Apprendre à l’heure du numérique» pour le Conseil national du numérique, participé à la commission Torossian‐Villani pour les mathématiques et fait partie d’un jury de sélection des consortiums universitaires pour l’Agence nationale de la recherche. Elle a accompagné la création du premier fonds d’investissement EdTech français. 

 

Extraits du livre

Parce que le temps en classe consacré aux exercices répétitifs est de plus en plus faible.

J'ai utilisé ce genre de fiches papier avec mes deux fils aînés en parallèle de leur école primaire. En effet, l'entraînement qu'ils ont reçu à l'école, c'est-à-dire le nombre d'exercices répétitifs effectués pour une même notion, est largement insuffisant. La réduction systématique du nombre d'heures consacrées aux mathématiques à l'école primaire est considérable : proche de 4 h 30 hebdomadaire aujourd'hui (selon l'Inspection générale de l'éducation), il était de 5 h 30 en 1995 et de 6 h en 1985. Soit 1 h 30 de moins par semaine en trente ans.

Parallèlement, des tests effectués par le ministère de l'Education nationale sur trente ans ont révélé une chute de la performance des élèves de CM2 en calcul : 

Etat des lieux du niveau des élèves en mathématiques

La recherche mathématique française est considérée comme une des meilleures au monde. Depuis 1936, 13 français ont décroché la médaille Fields, contre 14 Etats-Uniens, 9 Russes et 3 Britanniques.

Ne nous y trompons pas, l'excellence de la recherche mathématique française, dont on se réjouit, ne saurait masquer les mauvais résultats des élèves français aux tests internationaux. 

On a eu le tort, pour rendre les mathématiques attractives, d'en simplifier les concepts et d'en réduire le volume d'enseignement. Tout ce qu'il ne fallait pas ! Car du même coup, on donne moins de temps aux élèves pour se mettre en confiance avec ce langage, on ne leur permet pas de se forger des raisonnements, et en réduisant la quantité d'exercices, on a supprimé l'entraînement, qui est la seule chance qu'on a de s'immerger là-dedans.

Cédric Villani

championne de l'insertion professionnelle. Que répondre à l'immense majorité des personnes qui n'utiliseront jamais plus les mathématiques ? En dehors de la nécessité d'avoir un bagage mathématique qui semble indispensable pour appréhender le monde technologique qui nous entoure, les mathématiques ont un rôle formateur. Ce ne sont pas des recettes de calcul, c'est une culture, une formation immense. Le monde de demain nous demande de comprendre, d'imaginer, d'inventer des concepts de plus en plus élaborés. Les mathématiques ont un rôle important de formation à l'abstraction. Elles sont indispensables à toute démarche visant à comprendre, modéliser et prévoir des prévoir des phénomènes réels. Il est difficile d'expliquer simplement tous les enjeux d'une solide formation en mathématique. Une culture mathématique, comme toute culture, doit partir de bases solides. De même qu'une culture historique exige comme préalable la connaissance des dates, une culture mathématique passe par la maîtrise d'éléments de base de l'algèbre, de l'analyse et de la géométrie, tant sur le plan conceptuel que sur le plan opératoire.

La méthode de Singapour au service de la résolution de problèmes

La méthode des maths de Singapour, que nous allons détailler dans la routine suivante, insiste beaucoup sur la résolution de problèmes. Les élèves sont encouragés à dessiner les problèmes qu'on leur soumet avant d'essayer de les résoudre. La méthode de Singapour propose par exemple une modélisation des problèmes "en barres". Cette méthode consiste à donner

Verbaliser, reformuler, inventer des questions...

Le principe de verbalisation développé à la routine n°2 est aussi particulièrement adapté à la résolution de problèmes. Comment aider vos enfants à le mettre en application ? Montrez lui qu'on

Ces grilles, tenues régulièrement, présentent plusieurs avantages. D'abord, les enfants aiment beaucoup choisir. C'est un plaisir d'avoir d'avoir un choix à faire, de décider pour soi. Ils sont plus impliqués s'ils ont fait un choix, même petit. Vous avez rendu obligatoire ce travail, mais il y aune marge, un choix. Pour ce faire, mettez en place des règles comme "réalisez trois activités chaque jour parmi les quatre proposées" ou  "faites au moins une fois chaque activité dans la semaine" ou encore "choississez

cercle). C'est plus dans la capacité à comprendre les conditions minimales qui font qu'un parallélogramme devient un rectangle ou un losange que réside l'intérêt de travailler la géométrie en primaire. Vous poserez ainsi les bases utiles à l'exercice de la démonstration (mais qui a elle aussi largement disparu des programmes de collège).

 
 

Caractéristiques du livre

Pages :192 pages

 

Format :151 x 210 mm

 

Collection : Hors collection

 

Parution : janvier 2020

Marque : InterEditions

Public : Tout public

EAN : 9782729620486

EAN EBOOK : EPUB FXL : 9782729621117

myBlee Math

©2020 par myBlee Math. Créé avec Wix.com

Tout savoir sur myBlee Math...
myBlee Math pour les enseignants et les écoles : l'app iPad de la maternelle à la 6e
myBlee Math | Exercices d'aide et de révision de maths pour les classes de primaire